lundi 31 décembre 2018

Monter pour redescendre...


"Monter pour redescendre" mais "pourquoi ?!?" me demandent souvent les gens "normaux"...

Le plaisir d'une abération, répondis-je, la plupart du temps. 
Les alpinistes sont comme ça... Ils adorent faire des choses qui ne servent à rien.

Je me garde alors bien de préciser à ces personnes là, qu'il faut presque toujours monter vite pour pouvoir descendre tôt et rentrer à la maison le plus vite possible... 

Tous les alpinistes ont compris que descendre est parfois aussi, si ce n'est plus, compliqué que monter.




Descendre les 800 mètres de la face ouest de l'Aiguille Saint Exupéry aura été, une véritable aventure.

Un nombre incalculable de rappels de nuit, des cordes qui se coincent qu'il faut aller décrocher, des écailles branlantes, des blocs posés en équilibre, des relais pendus à renforcer, une corde coupée, des passages de noeuds... Il ne manquait finalement que le vent pour que tous les ingrédients soient réunis pour passer un bon moment !

Une nuit éprouvante, qui nous aura coûté quelques frayeurs, 50 mètres de corde abandonnée, des stoppers, quelques sangles, de la cordelette et quelques heures d'attente glaciales sur une minuscule vire.
Rester vigilantes à chaque instant malgrès la fatigue, les heures de sommeil en retard n'est pas chose facile. Une seule motivation : descendre le plus bas possible avant que le vent ne se lève.

Quelle chance (il en faut une bonne dose aussi !) et quel bonheur de rejoindre enfin le sol !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire