mardi 8 janvier 2019

L'heure du bilan


"Viento de locura", c'est :

- 21 jours sur place
- 4 journées sans vent
- 3 courtes fenêtres météo
- 9 nuits en montagne dont 2 accrochées à la paroi
- 2 sommets
- 1 longue balade
- 81h de marche
- 1300 m d'escalade
- 51 longueurs
- 1 but rattrapé
- 1 chute en crevasse
- 2kg 500g de chocolat
- 17 chocolats chauds
- 2 pots de Dulce de leche
- 17 lyoph' avalés
- 0 bobo
- 3 filles craspouilles

Alors, ne vous fiez pas aux apparences, même si sur cette photo, on pourrait croire qu'on veut manger quelqu'un, on est juste ULTRA HEUREUSES de nos vacances en Patagonie !!

lundi 31 décembre 2018

Le Hielo en cadeau !


• 25 décembre • 

Trop de neige sur le rocher pour espérer grimper, trop de monde pour nous à Chalten.
Un créneau sans vent à prendre ou à laisser...

C'est loin des foules que nous avons choisi de fêter noël.


Des cadeaux !!!!
Le Hielo Continental pour nous seules, le rêve !



Une balade sur un glacier...



N'importe qui vous dira que, dans le Massif du Fitz Roy, avant de grimper, il faut commencer par marcher. 

Les approches sont plutôt longues et souvent pénibles. On peut dire qu'elles ne s'arrangent pas et ne s'arrangeront certainement pas avec le temps... Des jolis chemins tout plats en sous bois, aux rivières à traverser en passant par des moraines en décomposition où il faut serpenter dans des milliers de blocs croulants avec des 38 tonnes en suspension au dessus de la tête. Est-ce cela que l'on appelle de la randonnée pédestre engagée ? 

Flo a décidé de se mettre à la spéléo...



Parfois, pour ne pas dire souvent, on marche bien plus que ce que l'on grimpe. Il ne semble pas exceptionnel que des vacances à l'origine, orientées grimpe et alpinisme se transforment davantage en "vacances trekking"... 


Retour dans l'herbe, je mange même des fruits !

Trekking avec, cependant, tout le matériel pour gravir le Cerro Torre sur le dos. Les sacs sont rarement légers... Et même lorsqu'on veut partir ligth, ces derniers sont lourds !!
Que l'on ait buté ou réussi un sommet, les heures de marche pour rentrer au village se feront légères ou plombées. Quant à l'entrée à Chalten, elle sera triomphante ou pesante...
Faut il ajouter à cela, que ces randonnées là, se font parfois sous la pluie ou dans la tempête puisque le creneau de beau, annoncé pour le lendemain, doit être optimiser pour grimper et non pour marcher !

Le petit jeu consiste donc à minimiser le poid à transporter et à rentabiliser chaque déplacement. Le grimpeur va rarement faire de la randonnée les jours de repos...


Voilà qui n'explique en rien pourquoi lorsqu'en fin de voyage une petite fenêtre météo se dessine, nous decidons d'aller faire une grande randonnée. Peut être n'avons nous pas assez marcher !
La neige accrochée au rocher nous fait perdre tout espoir de grimper pourtant une belle journée sans vent est annoncée : 25 décembre ! On ne peut pas la laisser passer !



Au programme : 3 jours autour du Fitz Roy. 

Du Paso Marconi, au Paso del Viento en passant par le pied de la face Ouest du Cerro Torre et le Circo de los Altares,  du Lago Electrico à la Laguna de los 14 en passant par la Laguna Toro.




Une belle et longue balade à la découverte du Hielo Continental pour finir en beauté les vacances avec les copines !


Encuentro...

Quelques jours après avoir grimpé "Chiaro di luna", nous avons eu l'immense chance de partager un peu de temps à El Chalten avec Maurizio Giordani.


Maurizio avait à peu près notre âge quand en novembre 1987, il ouvrit cette magnifique ligne qu'est "Chiaro di luna". 
Cinq friends, quelques pitons, un bivouac au pied de la voie, un jour pour monter et une nuit ventée pour descendre... Facile !

Des vacances en compagnie de sa femme, qu'il prit grand plaisir à se remémorer et à nous conter. 
Des sommets mythiques gravis à la même vitesse avec laquelle nous, nous, avalons les chocolats de la Chocolateria. Cerro Torre, Fitz Roy, St Exupéry, Torres del Paine, Aconcagua... tout ça en une seule saison ! 
Nous nous sentons comme des Polly Pockets jouant dans la cour des grands !

Pourtant Maurizio semble apprécier la compagnie des trois petites nanas que nous sommes. Il faut dire que les étoiles qui brillent dans ses yeux semblent bien proches de celles qui brillent aussi dans les notres !

Grazie mille Maurizio pour ta simplicité et ta générosité ! 

Merci aussi à toi Hervé pour la logistique (bières, chocolats, interview...) et ta sympathie !

A bientôt dans les Alpes ou au Piergiorgio !


Monter pour redescendre...


"Monter pour redescendre" mais "pourquoi ?!?" me demandent souvent les gens "normaux"...

Le plaisir d'une abération, répondis-je, la plupart du temps. 
Les alpinistes sont comme ça... Ils adorent faire des choses qui ne servent à rien.

Je me garde alors bien de préciser à ces personnes là, qu'il faut presque toujours monter vite pour pouvoir descendre tôt et rentrer à la maison le plus vite possible... 

Tous les alpinistes ont compris que descendre est parfois aussi, si ce n'est plus, compliqué que monter.




Descendre les 800 mètres de la face ouest de l'Aiguille Saint Exupéry aura été, une véritable aventure.

Un nombre incalculable de rappels de nuit, des cordes qui se coincent qu'il faut aller décrocher, des écailles branlantes, des blocs posés en équilibre, des relais pendus à renforcer, une corde coupée, des passages de noeuds... Il ne manquait finalement que le vent pour que tous les ingrédients soient réunis pour passer un bon moment !

Une nuit éprouvante, qui nous aura coûté quelques frayeurs, 50 mètres de corde abandonnée, des stoppers, quelques sangles, de la cordelette et quelques heures d'attente glaciales sur une minuscule vire.
Rester vigilantes à chaque instant malgrès la fatigue, les heures de sommeil en retard n'est pas chose facile. Une seule motivation : descendre le plus bas possible avant que le vent ne se lève.

Quelle chance (il en faut une bonne dose aussi !) et quel bonheur de rejoindre enfin le sol !




Noël avant l'heure !


• Mercredi 19 décembre •

On dit aussi que les filles sont souvent plus frileuses mais aussi têtues et tenaces. Là encore, on ne fera pas mentir la règle !




Après une première tentative glaciale, la seconde fut la bonne ! 
Le 6b, c'est quand même plus simple sans les moufles...





Les belles fissures de Chiaro di Luna nous auront menées jusqu'au sommet de St Exupéry et le clair de lune nous aura accompagné dans une descente à peine moins compliquée que la montée...






Une grande aventure pour un petit créneau météo !


Grimper en Patagonie ou comment faire des plans sur la comète !

• Les jours suivants •

Du vent, du vent, du vent...

Elaborer des plans pour les démonter aussitôt... Remplir des sacs pour les revider ensuite... 
Etre réactives mais pas trop. Le voici, peut être, le vrai probléme : on s'emballe un peu trop vite !
NOAA, Meteoblue, FNMOC, Winguru, Windy, deviennent nos meilleurs amis... et la "Chocolateria" aussi !



Aguja Guillaumet ou la chance des débutantes...


• Vendredi 7 décembre •

Les filles, ça a parfois du mal à se décider et c'est souvent en retard, parait-il... Ce coup-ci, pas d’exception à la règle.

Réveil 3h, puis 5h, pour finalement ne sortir le nez de la tente qu'à 9h... 
Le vent patagon n'est pas un mythe, trop de vent pour grimper ! 

Mais... les filles, ça change aussi d'avis comme, ici, le vent change d'intensité et de direction. Contre toute attente c'est à 15h30 que nous enfilons nos chaussons. C'est parti pour 400m d'escalade sur un granite merveilleux!




A 20h nous fêtons notre 2ème jour en Patagonie au sommet de la Guillaumet. C'est tellement magique qu'on croit rêver ! 



Le vent nous accompagnera dans les rappels et la tombée de la nuit nous forcera à improviser un bivouac à R2... 

Courte nuit bercées par de puissantes rafales pour finir en beauté cette folle journée !




Aussitôt arrivées, aussitôt reparties !


• Jeudi 6 décembre •

En Patagonie, un créneau ça ne se rate pas ! 
... Encore faut-il savoir discerner les vraies belles fenêtres météo, des simples petites lucarnes où le vent ne s'arrête de souffler que quelques heures à peine ! 
Les débutantes n'ont sûrement pas cette compétence et pour ce coup-ci, c'est tant mieux !


Débarquées la veille au soir à Chalten, c'est justement poussées par un de ces forts vents (d'enthousiasme !), que nous nous retrouvons sacs lourds sur le dos et déjà des rêves plein la tête dès le lendemain matin.
C'est une jolie marche d'approche qui occupera notre première journée en Patagonie. 
Baptême du vent réussi pour notre premier bivouac à Piedra Negra...